La bronchiolite

La bronchiolite est une infection virale qui touche chaque année plus de 450 000 nourrissons.

VIRUS              FIEVRE              CONTAGION              ANTIBIOTIQUE              HOSPITALISATION

Description

Parfois appelée " bronchite asthmatiphorme ", la bronchiolite est une inflammation des petites bronches (les bronchioles), le plus souvent due au virus respiratoire syncytial (VRS), dont la période d'incubation est de 2 à 8 jours.
 
Elle est relativement fréquente en hiver, avec un pic épidémique en décembre, et touche surtout les nourrissons vivant en collectivité. En effet, cette infection se transmet rapidement d'un enfant à l'autre, par l'intermédiaire de l'écoulement nasal ou des gouttelettes propulsées par la toux et les éternuements.

Symptômes

Bébé arrête de s'alimenter.
Il a le nez bouché et pleure.

Sa respiration peut être plus ou moins bruyante, ou sifflante.
La bronchiolite commence par une rhinite (ce qui ne veut pas dire pour autant qu'une rhinite évolue forcément en bronchiolite !). 
Il a de la fièvre.

Traitements

Plus tôt Bébé sera pris en charge, plus il aura de chances d'être soigné à la maison. A l'annonce des premiers symptômes, il est recommandé de consulter au plus vite un médecin.

La bronchiolite : les différents traitements

De la kiné, des antibiotiques ou une autre position pour dormir peuvent soulager Bébé.

Les traitements

Plusieurs peuvent être associés selon l'évolution de la maladie :

Des séances de kinésithérapie respiratoire, efficaces et indolores, sont prescrites pour aider Bébé à dégager ses voies respiratoires.

S'assurer que Bébé puisse s'alimenter et s'hydrater en lui désobstruant le nez. 

Des antibiotiques, en cas de surinfection (ils ne sont pas efficaces contre le virus lui-même).

Il est conseillé de coucher Bébé la tête légèrement surélevée, en inclinant par exemple son matelas de 30°. Et, pour éviter qu'il ne glisse au fond du lit, l'une des astuces est de mettre votre tout-petit dans un harnais de type porte-bébé.

Limitez au maxium la présence d'allergènes respiratoires (acariens, poussières, pollens, plumes d'oiseaux et poils d'animaux, fumée de tabac...) dans l'environnement de l'enfant. Pensez également à humidifier régulièrement l'atmosphère.

La décision de l'hospitalisation revient au médecin.

En cas de doute, il est recommandé d'appeler les services de secours, le Samu (15) ou les pompiers (18), mais de ne pas aller directement aux urgences.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site